Des boîtes aux lettres de Chalon dans la rue ont fait leur apparition dans la ville...
Ecrivez à Chalon dans la rue !
Parlez de vous, de vos humeurs, de votre vie et de vos envies. Des cartes postales sont diffusées à travers la ville. Prenez-les, écrivez et glissez votre carte dans les boîtes aux lettres de Chalon dans la rue. Des facteur.ice.s artistes assureront tout l'été la levée du courrier. Les textes seront déclamée par des crieurs, diffusés sur le site internet de Chalon dans la rue, partagés sur les réseaux sociaux et révélés lors des Rendez-vous d'automne. C'est à vous !
 

En effet, en 2020, le festival Chalon dans la rue laisse place aux Rendez-vous d’automne : 3 week-ends pensés comme les 3 actes d’un récit, métaphore du confinement et “du jour d’après”. 

Au coeur de notre histoire, un territoire : le Grand duché de Chalon dans la rue. Une ville imaginaire à la croisée de Chalon-sur-Saône et de Chalon dans la rue. Après être restée un temps endormie, la ville se réveille. Progressivement, elle sort du confinement. 

La reprise du contact se fait par étapes. A distance d’abord, dès le mois de juillet, à travers un échange épistolaire. Les habitants sortent de chez eux, mais pas complètement. Ils s’écrivent, restent à distance. Des cartes postales irriguent la ville ; spectateurs, artistes, “habitants et touristes”, sont invités à écrire à Chalon dans la rue, à lui donner des nouvelles. 

A partir du mois d’août, la rencontre se concrétise avec des propositions artistiques en 3 temps : l’Aube, le Lever, l’Horizon. La programmation explore la ville par strates successives. Les lieux de jeux suivent les étapes du déconfinement, du trajet domestique aux espaces publics, de l’intime au collectif.

• A l’Aube, les 29 et 30 août, les habitants se retrouvent entre “voisins” dans des lieux domestiques. La rencontre se veut mystérieuse. Le public ne sait pas ce qu’il va voir, il se laisse surprendre. Les spectacles s’emparent des  vitrines, commerces, halls, jardins, impasses. 

• Au Lever, les 25, 26 et 27 septembre, les lieux de jeu et les espaces s’élargissent. Les publics se rejoignent, plus nombreux, dans des jardins, parcs, cours, squares, cloître.

• A l’Horizon, les 30, 31 et 1er novembre, l’heure est à la fête. Des interventions artistiques extérieures, collectives, investissent les rues, places, boulevards. C’est le temps du partage, du retour à l’espace public.